Déplacements : ça bouge à l'agglo !

Comment se déplacer de manière sûre et durable dans les dix à quinze prochaines années ? C’est tout l’objectif du Plan de déplacements urbains de l’Agglo. Ce document repense la question de la mobilité. Avec en ligne de mire, une idée simple : rendre possible notre liberté d’entreprendre, de travailler, de se détendre ou de se cultiver ! En route…

gare_routiere_3501.jpg

 

 

Il suffit de flâner dans la ville pour s’en rendre compte : les déplacements font partie de notre quotidien. Par exemple, pour se rendre sur son lieu de travail.

« Tous les jours à 8h, c’est le même rituel, lance Frédéric, je mets le contact et j’espère ne pas avoir trop de circulation ». On peut aussi prendre le bus depuis son enfance, comme Chantal : « J'utilise quotidiennement la ligne 6 pour aller travailler sur la Devèze, et régulièrement les lignes 4, 5, 16 et 18, car je n'ai pas le permis. Le prix est franchement attractif, c'est un moyen commode pour se déplacer et j'ai l'impression, à mon petit niveau, de faire un geste pour la planète ». Enfin, on peut enfourcher son vélo tous les matins à l’aube pour prendre un bol d’air le long du canal du Midi à l'image de Guy, cycliste invétéré, de 70 printemps. Bref, à moins d’être un ermite, les déplacements sont partout dans notre vie. En moyenne, un habitant de l’Agglo réalise 3,9 déplacements par jour. Certes, sur les 400 000 déplacements quotidiens effectués sur le territoire et recensés dans une récente enquête*, 32% optent pour la marche, soit près d’un tiers et 6% choisissent les transports collectifs, mais plus de 61% de ces déplacements sont encore réalisés en voiture**. Autre élément intéressant de l’enquête : les habitants ne vont jamais bien loin puisque 93% de leurs déplacements se font dans l’Agglo, preuve que l'offre économique et commerciale leur suffit amplement.

Un plan pour améliorer le cadre de vie des habitants

Consciente de son potentiel, de ses réseaux existants et à venir, l’Agglo a voulu reprendre les choses en main. Et mettre ses ambitions en ordre de marche. Pour protéger son environnement exceptionnel et la planète. Mais surtout, pour améliorer le cadre de vie de ses habitants et contribuer au bien-être de tous les Biterrois, sans oublier ses visiteurs ! Avec 1,3 million de nuitées par an et une population multipliée par deux en période estivale, notre littoral, notre canal du Midi inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, nos Neuf écluses, le centre historique de Béziers, la Feria, la proximité d’un aéroport international… Tout cela brasse une population dense et mobile. Pour appréhender au mieux la question des déplacements, l’Agglo s’est donc dotée d’un Plan de déplacements urbains (PDU) alors même qu’elle n’en avait pas l’obligation légale. Ce document, adopté à l’unanimité en juin 2016, dresse tout un panel d’actions, en cours ou à venir sur le long terme, à différentes échelles géographiques. L’objectif est d’organiser le territoire pour que chacun puisse se déplacer de manière sûre et durable, à l’horizon 2030, en laissant le plus possible la voiture au garage ! L’Agglo planche sur le sujet depuis 2013 avec une kyrielle d’acteurs et de partenaires locaux et régionaux, via des groupes de travail et comités techniques, et via des réunions publiques pour entendre la voix des habitants.

Les alternatives possibles au tout-voiture

Pistes cyclables, cheminements piétons, aires de covoiturage, transports en commun, navettes dédiées, bornes de recharge pour véhicules électriques… tout a été pensé. Et les pages qui suivent vous donneront un aperçu non exhaustif de ce que l’Agglo a ou va lancer en la matière.

« Un territoire où l’on circule aisément est un territoire où l’on se sent bien, et donc, un territoire attractif, estime Frédéric Lacas, président de l’Agglo. La mobilité est l’une des conditions d’exercice de l’égalité de chacun dans la cité. Avec ce plan, nous nous donnons les moyens d’anticiper les déplacements de demain tout en contribuant à lutter contre le réchauffement climatique. » Et puis, en voulant mieux articuler les déplacements, l’Agglo entend aussi rapprocher les habitants entre eux via des connexions urbaines et périurbaines, les rapprocher des équipements culturels ou sportifs, des lieux de vie, de travail, de loisirs. Bref, décloisonner le territoire, l’ouvrir, le rendre fluide. Pour que « vivre ensemble » ne tienne bientôt qu’à un saut de puce… 

*Enquête ménages déplacements réalisée en 2014 par le Conseil départemental de l’Hérault.

**Les ratios diffèrent selon les secteurs (centraux ou périphériques).

28 actions concrètes parmi lesquelles :

  • Mieux articuler les déplacements en lien avec les projets d’urbanisme et préparer l’arrivée de la nouvelle gare LGV ;
  • Améliorer la gestion du trafic et le partage de la voirie entre véhicules, cyclistes et piétons ;
  • Développer les transports collectifs et favoriser l’intermodalité ;
  • Mieux organiser le stationnement dans les villes et villages ;
  • Développer l’usage des modes doux (améliorer les cheminements piétons, mettre en place un véritable maillage cyclable du territoire, etc.) ;
  • Organiser un suivi du PDU ;
  • Accompagner les initiatives en matière d’écomobilité.

2 questions à Christophe Thomas, Vice-président délégué aux transports, déplacements, à la voirie et aux réseaux divers.

Le PDU est désormais sur les rails. Quel bilan dressez-vous de ces 36 mois de concertation et quels sont vos objectifs ?

L’enquête publique a démontré que notre PDU a bien appréhendé l’ensemble des problématiques, que nous avons des atouts indéniables en matière de mobilité et de maillage du territoire, que nos préconisations sont pertinentes. Cela nous a également permis de partager notre vision du territoire avec l’ensemble des acteurs. Notre premier objectif sera d’augmenter la fréquentation des transports en commun (les voyages commerciaux payants ont déjà augmenté de 6% en 2015). Il ne sert à rien de diaboliser la voiture si nous ne proposons pas d’alternatives crédibles en termes de coût, d’horaires, de cadencement. L’autre objectif sera de faire le lien entre déplacements et urbanisme dès que nous lancons un projet. Concernant les aménagements cyclables - largement plébiscités par les promeneurs - nous devons garder à l’esprit qu’ils sont un enjeu fort lié au tourisme, à l’attractivité et à l’économie de notre territoire. Quant aux piétons, il faut leur donner une place plus importante pour rendre plus accessibles nos cœurs de villages. Relier les habitants les uns aux autres : tel est l'objectif ultime du plan.

« L'objectif du PDU : relier les habitants les uns aux autres »

Comment l'Agglo va t-elle se positionner dans un territoire dont les contours et compétences évoluent ?

Nous allons bientôt accueillir quatre nouvelles communes qu'il faudra davantage rapprocher du reste du territoire. Et Servian renforcera son rôle de nœud de connexions majeur au nord. Plus largement, la mobilité devra s’organiser à l’échelle régionale, avec le projet de gare LGV ou le pôle d’échange multimodal en gare centre de Béziers. Pôle d’attractivité sur tout l’ouest Hérault, le Biterrois aura toute sa place dans cette réflexion à grande échelle.

La mobilité est déjà en ordre de marche

A pied, à vélo, en bus, il existe moult solutions de transports durables sur le territoire. le Plan de déplacements urbains est bel et bien sur les rails…

En selle grâce aux aménagements cyclables

Moins de 1% des déplacements réalisés sur l’Agglo le sont à vélo selon la récente étude du Département. Pourtant, il existe environ 80 km d’aménagements cyclables et le plan ambitionne d’atteindre les 120 km dont près d’un tiers à l’échelle de Béziers. Cyclistes néophytes et avertis peuvent d’ores et déjà emprunter :

  • la liaison cyclable Boujan/Servian via Bassan de 8,3 km qui comprend plusieurs portions en voie verte. Aujourd'hui, un autre projet est en cours afin de créer une liaison entre Béziers, Tabarka et Lignan ;
  • l’EuroVelo8, voie cyclable à vocation européenne qui relie l’Espagne à la Grèce et la Véloroute 80, qui relie Sète à la Gironde : ces deux voies traversent l’Agglo via le Canal du Midi ;
  • la Véloroute 84 : elle relie Béziers à Montferrand (11) et est en partie aménagée par la voie verte du Haut-Languedoc « Passa Païs ».

Et bientôt...

  • un itinéraire vélo reliant Béziers aux ports de l'Agglo via les berges de l’Orb ;
  • un plan de jalonnement cyclable visant à mieux identifier les aménagements et à les connecter entre eux via des voies à faible trafic.

Dans les communes, afin d’apaiser la circulation et la vitesse, le plan prévoit aussi la mise en place d’aménagements type voie partagée/zone de rencontre (avec priorité aux piétons) ou double sens cyclable comme à Lignan ou Sérignan.

L’objectif du PDU ?

 Constituer un maillage dense d'itinéraires cyclables pour faciliter les déplacements internes aux communes, entre les communes de l’Agglo et vers l’extérieur. Véritable porte d’entrée touristique du territoire, le Canal du Midi sera au cœur des actions visant à favoriser le recours aux axes cyclables (pour le loisir ou les déplacements quotidiens), notamment vers Cers, Villeneuve-lès-Béziers et le centre-ville de Béziers.

Le saviez-vous ?

L’impact du tourisme cyclable est majeur, tant d’un point de vue écologique qu’économique. Les cyclotouristes dépensent en moyenne 75 euros par jour pour leurs vacances, contre 53 euros chez un touriste « classique » !

 17,5 km

d’aménagement cyclables réalisés ou subventionnés par l’Agglo depuis 2012

Tous à vélo avec l’Agglo ! Les itinéraires conseillés sont disponibles dans nos offices de tourisme et bureaux d’informations communautaires, ou sur : bit.ly/transport-agglo

En mode électrique

L’Agglo montre l’exemple. Grâce à son Plan de déplacements entreprises (PDE), elle met à disposition de ses agents un parc de vélos à assistance électrique et des stationnements adaptés afin de promouvoir ce moyen de transport alternatif.

Une convention avec Vélociutat et le GIHP

Vélociutat, association de passionnés de vélo basée à Béziers, s’engage à mener des actions de promotion du vélo, d’aide à la mobilité douce sur le territoire et de récupération de vélos usagés afin de les remettre en service. L’Agglo accorde à cette association, qui favorise un mode de transport respectueux de l’environnement, une subvention annuelle de 1 500 euros. Depuis 2004, l’Agglo soutient également le Groupement pour l’insertion des personnes handicapées physiques (GIHP) ; à hauteur de 228 700 euros pour l'année 2016.

Avec Mobi Job, l’Agglo lève les freins à la mobilité

Afin d'aider les personnes en insertion professionnelle rencontrant des difficultés dans leurs déplacements, l’Agglo a co-financé la mise en place de la plateforme de mobilité Mobi Job. Besoin de vous rendre à un entretien d'embauche, une formation… une équipe vous conseillera.

Rens. au 06 77 53 26 42.

Voyagez en toute liberté avec la carte sans contact !

Depuis le 1er juillet, avec la carte sans contact, plus besoin de sortir un titre de transport de son sac pour voyager sur les 25 lignes de bus du réseau Béziers Méditerranée Transports (BMT). Pratique et sécurisée, cette carte d’abonnement personnalisée contient l’ensemble des titres et abonnements des voyageurs. Il suffit de la présenter devant le valideur à chaque montée. Elle est rechargeable dans les points de vente ou en ligne : beziers-transports.com. Les tickets unitaires édités sur papier sont toujours en vente dans les bus.

Marchez bougez

Vous préférez la marche ? Bien vu : sur de courtes distances en ville, pour aller à l’école ou au marché, le piéton est souvent bien plus rapide que la voiture ! L’Agglo a d’ailleurs édité une carte des temps piétons qui vous donnera les temps de parcours entre les principaux centres d’intérêts de Béziers.

bit.ly/transport-agglo

Bon à savoir

Lorsque vous empruntez les bus de l'Agglo, les titres de transport (unitaires, du carnet de 10, heures creuses...) sont valables pendant une heure et doivent être validés à chaque montée. Plusieurs correspondances sont réalisables pendant l'heure. En revanche, les aller/retour ne sont pas autorisés.

6,7

C'est le nombre en millions de voyages réalisés dans les bus de l'Agglo en 2015

Un territoire durable, accessible et connecté !

La feuille de route qui va guider la politique des déplacements et des transports et favoriser les modes moins énergivores va encore plus loin : le plan veut construire une autre façon de se déplacer, demain. Et de grands projets en dépendent.

Objectifs du PDU à l’horizon 2030 grâce aux actions de l’Agglo

schema_pictos_mobilite_3500.jpg

schema_pictos_mobilite_3500.jpg, par fmonge

Demain l'Agglo, ce sera…

Une première ligne de bus à bon niveau de service

Une ligne de « bus à bon niveau de service » (BBNS) orientée Est-Ouest pourrait être créée. Elle permettra de relier le parc d’activités de la Méridienne au secteur de Fonseranes en moins de 30 min. La ligne desservira le centre-ville, la Devèze, le centre hospitalier, les gares ferroviaire et routière. Avec une amplitude horaire plus importante, des fréquences de passage élevées, des véhicules de plus grande capacité, une priorité aux feux, cette ligne constitue une alternative intéressante à la voiture.

Un pôle d’échanges à la gare SNCF

C’est inscrit dans le projet de territoire de l’Agglo : la gare SNCF de Béziers, autre porte d’entrée du territoire accueillant

1,4 million de voyageurs par an, va devenir un Pôle d’échanges multi-modal (PEM). Sont prévus : le réaménagement du parvis,

la réfection des quais et l’installation d’ascenseurs, l'aménagement de cheminements doux favorisant les liens vers le Plateau des Poètes et la ZAC de l’Hours, et enfin, l’ouverture de la gare au sud. Sans oublier la connexion au BBNS (voir ci-dessus).

La gare LGV, nouvelle desserte du territoire

La décision ministérielle du 29 janvier 2016 a fixé le tracé de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan et acté le fait qu’une gare LGV s’implanterait à Béziers sur le site dit « A75, profil haut », au point de jonction entre l’A75 et l’A9. La gare actuelle de Béziers gardera sa fonction de desserte régionale tandis que la gare LGV connectera le Biterrois et ses visiteurs à la grande vitesse !

Des voies pour détourner le trafic

En continuant ses acquisitions foncières sur l’ilôt quai Port Notre-Dame - trait d’union entre le site patrimonial de Fonseranes et le centre historique de Béziers -, l’Agglo a deux sacrées cartes à jouer en matière de transports :

  • au sortir de la route de Narbonne, une  nouvelle voie pénétrante longeant la voie ferrée permettrait de relier le rond-point Bachaga-Boualem à l’avenue de Sérignan, détournant ainsi le flux automobile du Faubourg ;
  • un réaménagement de la voie entre l’avenue de Sérignan et le Pont de l’Occitanie est également envisagé.

Un téléphérique entre Fonseranes et le centre historique

Dès l’été 2017, à l’occasion de la réouverture des Neuf écluses de Fonseranes, une navette express (voire électrique) dédiée acheminera les visiteurs de ce joyau de Pierre-Paul Riquet vers le centre historique. Elle sera facilement identifiable et très

fréquente afin de répondre aux attentes des touristes. Elle sera remplacée à terme par un téléphérique entre Fonseranes et l’Acropole.

Des modes de transports doux de part et d’autre du Canal

Toujours afin de relier Fonseranes à l’Acropole, les deux « bras » du Canal du Midi (vers le Pont Canal et le quai Port Notre-Dame) deviendront des voies douces.

Davantage d'aires de co-voiturage

Le plan ambitionne la création de sept aires de co-voiturage proposant 460 places réparties à proximité des échangeurs de la rocade et des autoroutes. L’Agglo compte déjà une aire sur le parc de la Méridienne à Villeneuve-lès-Béziers, une autre

(30 places) sur le parc de Mercorent et une dernière, récemment inaugurée, à l’échangeur Servian/Montblanc. En projet : l’aménagement d’une aire de plus de 100 places à Béziers-ouest par le Conseil départemental. Deux autres zones ont été identifiées à Sérignan/Valras et vers l’échangeur nord de l’A75 et Boujan-sur-Libron.