Le combat pour la LGV continue !

Le combat pour la LGV continue !

Le combat pour la LGV continue !

Frédéric Lacas, Président de l'Agglo était mercredi 29 novembre au Palais des Congrès de  Perpignan afin d'apporter son soutien au collectif « LGV Occitanie OUI ! ». Élus locaux, grands témoins, acteurs économiques et associatifs ont livré leur vision des enjeux de la réalisation des lignes à grande vitesse : une meilleure coopération entre les territoires afin que les habitants ne deviennent pas les oubliés de la LGV...

« Tous les TGV s'arrêteront à Béziers ! Les enjeux sont nombreux pour l'Agglo. D'un point de vue mobilité, la mise en place d'un pôle d'échanges multimodal sera une véritable "locomotive" à la requalification du tissu urbain d'un quartier du centre ville et à son développement économique. Nous ne lâcherons rien !, a déclaré Frédéric Lacas, durant la table ronde à laquelle il a participé lors de l'événement. On ne peut pas se dire européen si on oublie l’arc méditerranéen. La ligne de Montpellier à Perpignan est une belle opportunité car nous avons une gare du XIXe siècle, mais c’est, au-delà, un axe essentiel d’échanges et partages vers l'Europe .  »

lgv-1.jpg

lgv-1.jpg, par sdridi

 

Plus de 500 personnes étaient présentes à Perpignan. Les élus ont rappelé que cette liaison fait suite au contournement ferroviaire entre Nîmes et Montpellier (CNM) qui sera inauguré en décembre 2017. Il s'agit de la portion absente entre la France et l’Espagne, et plus loin, du Portugal jusqu'aux Pays-Bas, quand on parle des transports de fret. La LGV manquante de 150 kilomètres et d’un coût de 5,5 milliards d’euros traversera l'Hérault, l'Aude et les Pyrénées-Orientales). Les rames circuleront à une vitesse de 320 km/h (au lieu de 160 km/h). L’objectif de ce grand rassemblement était de montrer combien ces lignes sont attendues par tous, élus, entreprises, habitants.